Critique

The Crazies

 
Critique par |
Remake d'un film assez peu connu de George A. Romero qui supervise ici la production attentivement, The Crazies est la quintessence de ce qui se fait de mieux en matière de fantastique, mêlant habilement social, émotion, gore et action, sans verser dans le produit abrutissant pour écervelés en mal de sensations fortes.

Partant d'une idée très basique qui voit une petite ville américaine en proie à une épidémie transformant ses sujets en tueurs sanguinaires, ce film met le doigt sur un sentiment humain de plus en plus répandu: le droit d'utiliser les individus comme cobayes soi-disant pour le bien de tous.

On découvre rapidement que le mal vient de l'eau qui alimente la petite bourgade parce que l'armée a, selon ses dires, accidentellement perdu une arme chimique dans la plus proche rivière. Dés lors, le troisième long métrage de Breck Eisner devient un film de survie dans lequel on s'identifie à un quatuor qui essaie de fuir cette catastrophe artificielle, composé du sheriff du bled, de sa femme médecin, de son assistante et du petit ami de cette dernière. Le réalisateur, secondé par un excellent scénario à l'efficacité redoutable, entraîne son spectateur dans une folle course contre la mort, car le mal se propage très vite et la région prend rapidement des allures de champ de bataille. Quand nos héros découvrent que l'armée venue en renfort n'a d'autre intention que de régler ce fléau par une éradication totale des êtres vivants concernés sans chercher à séparer les sains des contaminés, ou si peu, ils ne peuvent dès lors compter que sur eux-mêmes. Sans en faire des tonnes, Eisner nous offres deux ou trois séquences bien gores d'une extrême tension. Et ce film d'horreur intelligemment supérieur à la masse est une nouvelle fois l'occasion pour Mark Isham de nous faire part de sa maestria en matière de musique à suspense en dosant parfaitement sons électroniques et orchestraux. The Crazies fait partie de ces trop rares bonnes surprises dans le genre car il fait aussi bien office de divertissement que d'œuvre qui donne un tant soit peu à réfléchir et sort des produits aseptisés qui n'ont pour vocation que d'amuser la galerie.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc

Participer