Critique

Superman Returns

 
Critique par |

Why the world needs Superman. Le titre de l'article que s'apprête à écrire Loïs Lane à la fin de ce «Superman returns» résume à lui tout seul l'essence du film, la signification du personnage et celui du super-héros en général. Au-delà du divertissement que procure la vision de ce nouvel opus des aventures de Kal El, c'est avant tout à une réflexion sur l'espoir que nous convie le film. Pourquoi le monde a besoin de Superman ? Car le monde a besoin d'espoir. Portée universelle, comme seules les meilleures adaptation de comics à l'écran savent le faire (Spider-Man, X-Men, Batman, pour ne citer que les meilleurs). Bryan Singer, on le sait, respecte le genre et en comprend la signification, qu'il s'agisse de portée symbolique ou de questionnement sur la nature humaine. Pour parvenir à ses fins, Singer livre tout sauf une avalanche de scènes chocs. Ces dernières sont bien présentes, mais sont livrées avec parcimonie, ne prenant jamais le pas sur la réflexion. Dans la peau de Superman, Brandon Routh s'en sort haut la main, prouvant une fois de plus que les super-héros ne sont jamais plus convaincants à l'écran que lorsqu'ils sont incarnés par des quasi-inconnus.

La mise en scène de Bryan Singer, très belle, atteint même à plusieurs reprises une dimension poétique et une puissance évocatrice d'une rare intensité.

A l'heure où l'été fait son entrée accompagné de son lot de grosses productions, il est vraiment appréciable de constater à nouveau qu'un blockbuster de plusieurs millions de dollars, loin de ne se poser qu'en pur objet de divertissement, puisse au contraire avoir du sens et provoquer la réflexion.

En savoir plus sur Laurent Scherlen