Critique

Fighter

 
Critique par |
Ce film est la preuve que la nostalgie peut engendrer des œuvres insupportables et ringardes au possible. Cette histoire de frères boxeurs issus d'un milieu modeste ne cesse de tirer sur la corde sensible pour faire pleurer dans les chaumières. On a droit à tous les poncifs chers aux années 80: le dépassement de soi qui conduit automatiquement à la victoire ou la famille comme unique ciment dans la misère autant matérielle que morale. C'est tellement réussi à ce niveau que l'on se croirait devant un long métrage qui daterait de l'époque de son intrigue, cette ère relativement détestable, qui a vu émerger la mentalité ultra libérale, et que seuls quelques nostalgiques passablement bas de plafond et fans des films d'action benêts, qui exacerbaient stupidement le héros reaganien, peuvent regretter aujourd'hui. Et le fait que cela soit une histoire vraie n'arrange vraiment rien à l'affaire. Le réalisateur utilise le film dans le film par le biais d'une équipe de télévision qui suit le frère aîné, non pas pour glorifier son passé de star du ring, comme il le croit, mais pour la production d'un documentaire sur les abus du crack, drogue à laquelle s'adonne ce dernier plus que de raison. Il rajoute du coup encore une couche bien épaisse de pathétisme misérabiliste qui conduit finalement l'ensemble à la nausée. Pour bien enfoncer le clou, cette impression est renforcée graphiquement par une caméra portée peu inspirée qui tangue sans arrêt afin de feindre l'aspect reportage fait dans l'urgence. Même ce que l'on attend le plus dans un film de boxe, à savoir les scènes de combats, est bâclé, surtout à cause d'un montage à la limite de l'amateurisme, ne se basant sur aucune stratégie scénographique. Malgré cela, et c'est tout à leur honneur, les comédiens défendent leurs personnages avec beaucoup de conviction.

En savoir plus sur Remy Dewarrat

CONCOURS Gagnez un DVD ou un blu-ray disc

Participer