Critique

Quantum of Solace

 
Critique par |
La déception des critiques européennes en début de semaine, qui laissait présager la suite d'une mutation du mythe de James Bond entamée avec Casino Royale, a fait frémir plus d'un fan. « Un agent secret qui n'est plus que l'ombre de lui même », gadgets totalement absents, la célèbre phrase de présentation inexistante, pas de scène d'amour avec la James Bond Girl de service, violent et froid, titrait la presse anglosaxone.

Cela peut paraître incroyable, mais c'est pourtant vrai ! Heureusement, tout s'explique dans la nature du scénario en deux mots : vengeance personnelle.

C'est tout de même avec une certaine appréhension que nous entamons cette suite directe de Casino Royale (une première dans la saga Bond) avec une course poursuite en voiture suivi d'un générique visuellement Bondien mais avec un thème musical, composé par Jack White et interprété en duo avec Alicia Keys, sortant de l'ordinaire et ayant de la peine à rentrer dans l'esprit que l'on se fait d'une chanson de la franchise. On aime ou on n'aime pas !

Dans la première partie du film, l'agent secret aligne les scènes d'actions à s'en blaser et, effectivement, la violence est constante, voire pesante. De plus les dialogues sont brefs et peu présents. Tout se débloquera depuis la séquence de l'opéra tournée à Bregenz en Autriche, où là, l'intérêt de l'histoire commence à se développer.

Sous la camera de notre compatriote Marc Forster qui, on doit l'avouer, s'en tire bien avec un film de ce genre, les acteurs principaux sont fidèles à leur personnages. Daniel Graig confirme sa crédibilité et son charisme dans la peau de l'agent secret, Judy Dench est adorable en patronne/mère poule de James et Mathieu Almaric s'en tire à merveille dans le rôle du méchant de service (Dominic Green) sans fioritures extérieures et avec une composition sobre et efficace. Un personnage à qui on a vraiment envie de coller deux paires de claques.

Véritable diptyque avec Casino Royale, cette suite est légèrement inférieure à son précédent, vu que la surprise du renouveau de la franchise est passée. Le film ravira les amateurs d'action et les fans qui réussiront à passer outre de l'absence des petites manies que devrait avoir obligatoirement ce cher James.

Mais ce serait tout de même avec un grand plaisir que nous retrouvrions notre agent secret britannique dans une mission, disons plus gouvernementale et excentrique dans un prochain opus.

En savoir plus sur Jean-Marc Detrey