Critique

The Amazing Spider-Man

 
Critique par |
Afin d'être au clair d'entrée de jeu, votre serviteur est fan du tisseur depuis plus de 30 ans, d'où une certaine déception sur cette relecture. Sans pour autant tirer à boulet rouge sur le film, on peut résumer The Amazing Spider-Man à ceci: un paquet cadeau brillant et attirant sans grosse surprise à l'intérieur.

The Amazing Spider-Man est une honnête réadaptation de la BD et des origines du "monte-en-l'air", mais il ne fera pas oublier la trilogie de Sam Raimi. Et justement, l'histoire et les personnages étant connus, même si certains moments clefs des origines de Spidey ont été bien ficelés par les scénaristes, le film manque cruellement d'originalité et de nouveautés.

Plusieurs  petites déceptions marqueront les fans, mais parlons surtout du méchant de service. Il semblerait que les designers des vilains de Spider-Man ont un sérieux soucis avec le vert ! Premier méchant du film de Sam Raimi, le bouffon vert (qui devait inspirer la peur) était raté. Cette fois ci, le méchant est tout aussi vert et tout aussi raté ! Dans la BD, le lézard est un animal qui fait peur, il a des dents acérées et son look lorgne plus vers l'alligator que vers le petit reptile de terrarium. Ici, nous nous retrouvons avec un homme aux traits légèrement reptiliens qui, certes, est imposant par sa grandeur mais à des heures de l'horrible transformation du Dr. Curt Connors de la BD. Dommage. De plus, là où Willem Dafoe réussissait à sauver le méchant de par son jeu d'acteur, Rhys Ifans, malgré une bonne interprétation, ne dégage pas une once de charisme.

Les scènes d'actions sont effectivement impressionnantes mais le film met un temps fou à décoller surtout par le fait que nous ré-assistons aux origines de Spider-Man et la première heure de métrage aurait pu être utilisée à autre chose que de nous remontrer encore et encore (même si Webb a voulu innover en mélangeant les nouvelles adaptations sur papier), la piqure, la découverte des pouvoirs de Peter, la mort de l'oncle Ben, etc... On sent une envie de Marc Webb de se démarquer le plus possible de Raimi et de le faire oublier. Mais encore et toujours, on revient à l'inévitable comparaison. Nous aurions pu passer directement au méchant de service d'autant plus que Sam Raimi avait déjà introduit le Dr. Connors dans sa trilogie. Oui, rappelez-vous, sans vraiment le mentionner, c'est un prof de Peter.

The Amazing Spider-Man brille dans son visuel, son nouveau design, sa photographie et surtout son interprétation. Car oui, si Andrew Garfield (le nouveau Peter Parker) ne cassait rien sur les photos de promo avec sa coupe de cheveux mi-Justin Bieber / mi-Bart Simpson, son interprétation d'un ado un peu paumé est tout simplement magistrale et l'interaction avec Emma Stone (devenue sa petite copine à la ville depuis) est parfaite. Au final, on se retrouve avec quelques questions en suspens (suite oblige) dont on ne révélera rien ici, mais franchement rien de bien excitant. Le métrage est agréable à regarder mais sera vite oublié au profit d'autres films formatés pour l'été. On pense au final d'une célèbre chauve-souris qui pointe ses oreilles et qui risquerait très vite de faire de l'ombre avec sa cape sur notre araignée humaine préférée.

En savoir plus sur Jean-Marc Detrey

CONCOURS Gagnez un Bluray ou DVD de Ant-Man et La Guêpe

Participer

CONCOURS Gagnez un t-shirt et des places pour aller voir le film

Participer