Les
dernières
critiques

 

Drunk

Critique par |

"Drunk". Ivre. Avec un tel titre, aussi lapidaire qu’évocateur, on aurait pu craindre le pire: une pure et simple louange de la soûlerie. Mais il n’en est rien: Thomas Vinterberg prouve une fois de plus –après, notamment, le remarquable "La Chasse"– qu’il est un cinéaste brillant.

 

Milla

Critique par |

Avec un sujet aussi peu original, le premier long métrage de la réalisatrice australienne Shannon Murphy aurait pu sombrer dans le pathos à tout moment. Mais il n’en est rien car il transcende régulièrement cette relation entre une malade condamnée et un marginal.

 

Le Nouvel Evangile

Critique par |

Le réalisateur suisse Milo Rau convoque tout à la fois, au sein de son "Nouvel Evangile", le documentaire et la fiction. Résultat? Une œuvre atypique, émouvante, puissante. Jésus et les migrants africains unis au XXIᵉ siècle pour un même combat: celui contre la misère.

 

Pieces of a Woman

Critique par |

Le septième long métrage du cinéaste hongrois Kornél Mundruczó est une magnifique ode à la vie qui transcende ses vicissitudes les plus mortifères.

 

Minuit dans l'univers

Critique par |

Devenu l’apanage du sentimentalisme le plus sirupeux, la science-fiction moderne s’alourdit encore d’un film défaitiste sans grand intérêt.

 

Minuit dans l'univers

Critique par |

Un film post-apocalyptique qui ne révolutionne pas le genre, mais qui s'impose par son remarquable équilibre entre drame personnel et enjeu collectif.

 

Mank

Critique par |

Jouet cinéphilique pour cinéphiles, "Mank" se perd entre critique grossière de l’industrie du cinéma et hommage révérencieux à ceux qui l’ont fait et le font encore.

 

Bâtards

Critique par |

Prenant le pouls de l’air du temps peu reluisant de notre époque surmédiatisée délétère, la mini-série "Bâtards" reste en surface tout en abordant quelques sujets pertinents.

 

Adieu les cons

Critique par |

Avec sa septième réalisation, Albert Dupontel signe son meilleur film, et parvient à saisir avec une rare acuité l'oppression et la déliquescence de la société contemporaine. Chef-d'oeuvre.

 

Ondine

Critique par |

Le cinéaste allemand Christian Petzold revisite intelligemment, dans son nouveau long métrage, la légende d’Ondine. Une œuvre d’une justesse et d’une délicatesse qui forcent le respect, mais qui, par ailleurs, verse malheureusement dans une certaine fadeur.