Actualité & Articles

Les 57es Journées de Soleure, honneur à la Suisse romande et aux fictions

Rédigé par |
C’est l’année de la Suisse romande et c’est aussi l’année des films de fiction. Du 19 au 26 janvier 2022, la 57e édition des Journées de Soleure présentera une revue éclectique du cinéma suisse. Il est frappant de constater que le nombre de longs métrages envoyés est plus élevé cette année que celui des courts métrages. Et : les Journées de Soleure doivent à nouveau avoir lieu en présentiel, à Soleure. 

Les 57es Journées de Soleure ont soumis un total de 596 films à leurs commissions de sélection (dont 150 long métrages), qui en ont retenu un total de 157, et près de la moitié des 78 productions retenues provient de la Suisse romande, soit un niveau historiquement élevé. Autre point intéressant: les femmes productrices sont responsables à plus de 50 pour cent des longs métrages de la sélection. Dans le programme, on remarque des fictions d’une grande force, mais aussi des documentaires dont on peut en dire autant, dans lesquels des éléments narratifs, des recherches pointues allant parfois jusqu’aux investigations, et une transposition filmique exigeante deviennent toujours plus la norme. Le niveau est élevé.

Le film d’ouverture, «Loving Highsmith» d’Eva Vitija, est du reste lui aussi un portrait brossé avec subtilité, qui jette un nouvel éclairage sur la double vie de la célèbre reine du polar Patricia Highsmith. Comme par hasard, la date de la projection du film d’ouverture coïncide avec le jour anniversaire de l’écrivaine. Le conseiller fédéral Alain Berset prononcera le discours d’ouverture des 57es Journées de Soleure.

Le caractère concurrentiel de cette édition 2022 a été accentué pour les trois compétitions : «Prix de Soleure», «PRIX DU PUBLIC» et «Opera Prima». Chacune mettra aux prises huit films. A savoir six documentaires et deux fictions pour le «Prix de Soleure», dont les réalisateurs sont quatre femmes et quatre hommes. Cinq de ces films passeront en première mondiale à Soleure et un en première suisse. Ces films, notons-le, ont été produits par plus de femmes que d’hommes. Le jury de cette année est composé de l’écrivain et réalisateur Matthias Zschokke, la réalisatrice et journaliste Nicole Vögele et la compositrice Olivia Pedroli. Le «Prix de Soleure» est doté de 60’000 francs. Un montant offert par le fonds «Prix de Soleure» ainsi que par le Canton de Soleure et la Ville de Soleure.

Le Prix «Opera Prima» sera décerné pour la seconde fois par un jury recruté parmi les spécialistes du cinéma suisse et international. Le prix récompense de premières œuvres de long métrage. Les huit films retenus – six documentaires et deux fictions – sont d’une facture très variée, pleins d’énergie et vibrent du plaisir de raconter une histoire. Carolina Steinbrecher, chef opératrice, la productrice Flavia Zanon ainsi qu’Elsa Charbit, directrice artistique du Festival international du film de Belfort, siègent dans le jury. Le Prix «Opera Prima» est doté de 20’000 francs. Les fonds culturels des sociétés de gestion SUISSIMAGE et SSA en sont les donateurs.

Et en 2022 comme les années précédentes, le public aura la chance de pouvoir décerner son propre prix. La commission de sélection a nominé cinq fictions et trois documentaires, qui se disputeront le «PRIX DU PUBLIC» pour la 15e fois, dont trois films en première suisse et deux autres en première mondiale. Le «PRIX DU PUBLIC» est doté de 20’000 francs et offert par les Journées de Soleure en partenariat avec Swiss Life, leur sponsor principal. Après chaque séance, les spectateurs et naturellement les spectatrices pourront noter le film présenté.

La section «Panorama» proposera d’autres courts et longs métrages ayant marqué les écrans l’année écoulée en Suisse – ou annonciateurs de la suivante. La section «Upcoming», dévolue aux courts métrages, en fait partie, elle qui offre aux jeunes réalisateurs et réalisatrices une plateforme et une opportunité pour échanger. La 57e édition des Journées de Soleure a étonnamment enregistré beaucoup d’inscriptions de films en « tableau », où la caméra, statique, est dirigée vers une scène déterminée afin d’observer comment l’histoire va évoluer dans un cadre prédéfini. Une référence filmique de la jeune génération à la situation du monde dans une impasse au moins partielle ?

Le programme spécial «Focus» des Journées de Soleure sera consacré en 2022 au public. Ce choix s’explique par le fait que la salle de cinéma, l’acte de regarder un film, le festival en présentiel sont actuellement pris dans un nouveau débat. Dans ces conditions, quel rôle joue le public ? Quel effet le public a-t-il sur les cinéastes et comment le public est-il intégré dans le débat ? En plus d’un programme de films, des tables rondes et des séminaires seront proposés, instituant entre autres un dialogue entre deux architectes qui nous expliqueront comment construire aujourd’hui une salle de cinéma. Un testscreening sera aussi réalisé avec un pannel de spectateurs et spectatrices dont le but sera d’observer comment le public réagit à un film et influe sur sa fin. 

L’invité d’honneur des 57es Journées de Soleure est Jürg Hassler, sans doute l’un des professionnels suisses parmi les plus polyvalents de ces 50 dernières années. Une sélection de dix films – et parmi ceux-ci son premier travail de réalisateur, «Krawall», remontant à 1970, qui fit sensation en Suisse à l’époque parce que Jürg Hassler y prenait parti avec intransigeance pour les jeunes gens descendus dans la rue –, deux entretiens prolongés et une exposition des sculptures du cinéaste seront l’occasion de mieux connaître notre invité et son œuvre. Le deuxième programme historique, baptisé «Frontalières», rendra 
hommage à Cristina Perincioli et Danielle Jaeggi, parmi d’autres. Les deux Suissesses exilées présenteront en personne les films qu’elles ont réalisés dans une période agitée, les années 1970.

En préambule aux Journées de Soleure, les discussions ont régulièrement porté – et pas seulement à cause de la pandémie – sur la question de savoir si un festival sur place était toujours la bonne voie pour présenter la rétrospective annuelle de la création cinématographique suisse. Avec cette 57e édition, les Journées de Soleure misent délibérément sur un festival en présentiel. Et cela, étant donné que le contact avec le public a toujours plus manqué aux cinéastes ces derniers mois. Un vécu partagé et le débat font partie de l’essence même des Journées de Soleure. Un festival en ligne est uniquement un plan B dans le cas d’un confinement.

Avec une équipe de première force et grâce au généreux soutien des sponsors et des partenaires, les Journées de Soleure, pleines d’espoir, comptent atteindre l’objectif commun : rencontrer la Suisse dans les salles de cinéma. Pour la 57e fois.

Le programme complet des 57es Journées de Soleure est à disposition en ligne sous : www.journeesdesoleure.ch