Actualité & Articles

Les 55es Journées de Soleure ont commencé

Rédigé par |
Dans son discours d’ouverture, le conseiller fédéral en a fait la remarque: «Plus les changements sociétaux s’accélèrent et plus il est important pour nous de voir la Suisse réelle, la Suisse actuelle s’insérer dans le média cinéma – faute de quoi l’image que nous avons de nous-mêmes se sclérosera.» Voilà pourquoi, a-t-il poursuivi, les services de streaming devraient eux aussi à l’avenir investir dans le cinéma suisse. Le ministre de la culture a rappelé que les règles en vigueur à ce sujet étaient usuelles en Europe. Les projets en Suisse présenteraient cependant une «petite différence»: «Les fournisseurs de services en ligne pourront décider eux-mêmes des films ou des séries TV dans lesquels ils voudront investir.»

Felix Gutzwiller a quant à lui souligné l’importance du cinéma pour la communauté et estimé que le cinéma suisse devait être ce qu’il a appelé un «cinéma citoyen»: «Nous avons besoin d’un cinéma qui s’engage et expérimente de nouvelles formes de solidarité. Être une citoyenne ou un citoyen, cela signifie prendre une part active et responsable dans la collectivité et contribuer à déterminer son avenir. Le cinéma aussi doit assumer ce rôle. Nous avons besoin d’images et de narrations crédibles, capables de renforcer la cohésion dans notre société.»

Faisant allusion au film d'ouverture de Micha Lewinsky «Moskau Einfach!», Anita Hugi a rappelé que la question de la surveillance était plus que jamais d'actualité: «La comédie sur l'affaire des fiches est aussi un appel sérieux à gérer nos données personnelles avec soin et de manière démocratiquement justifiée». Pour sa première édition à la tête des Journées de Soleure, elle se souhaite un festival placé sous le signe du dialogue: «Le cinéma crée des liens et des débats approfondis. Je me réjouis de diriger un festival polyglotte, engagé et ouvert.»

D’ici au 29 janvier 2020, 179 courts, moyens et longs métrages suisses passeront sur les neuf écrans réservés au festival, dont 21 premiers films et 21 premières de toutes les régions du pays.

Le jury du «Prix de Soleure» réunit la réalisatrice Ursula Meier, l’artiste Cemile Sahin et Mirko Manzoni, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Mozambique. La réalisatrice Heidi Specogna est l’invitée de marque de la «Rencontre». Le «Prix d’honneur» sera remis à la distributrice Bea Cuttat. La section parallèle «Focus» est placée cette année «sous l’emprise des séries». Les «Histoires du cinéma suisse» présenteront cinq fictions des pionnières romandes que furent Patricia Moraz, Christine Pascal et Paule Muret.

De nombreux invités, des tables rondes, des concerts, des ateliers et la première Fête des hautes écoles de cinéma suisses complètent le programme de films.

Les 55es Journées de Soleure ont lieu du 22 au 29 janvier 2020.

CONCOURS Gagnez des places pour aller voir "Mare"

Participer