Actualité & Articles

Cannes 2018: Que vais-je voir ?

Rédigé par |

En raison des problèmes techniques que j’ai évoqués dans mon papier d’introduction, cet article sur mon agenda festivalier arrive avec un jour de retard, mais l’esprit est le même: qu’est-ce que je vais voir, ou pas? À l’heure où j’écris ces lignes, je viens de voir trois des quatre ouvertures: Everybody Knows (Compétition/Sélection Officielle), Wildlife (Semaine de la Critique) et Donbass (Un Certain Regard). Les critiques suivront le plus tôt possible. 

Concernant le reste de la programmation, tenant compte d’un côté des séances de rattrapage le 19 mai, jour de la remise des prix, et de l’autre de la sortie simultanée ou presque dans les salles romandes pour certains titres, je ne vais pas forcément voir tous les films de la Compétition tout de suite, ce qui me permettra de mieux naviguer dans les autres sections, surtout Cannes Classics que je n’ai pas pu fréquenter du tout l’an dernier. Cette année, notamment avec les deux documentaires sur Ingmar Bergman et la projection spéciale de 2001, l’odyssée de l’espace, pas question de ne pas y jeter un œil. 

Dans le cadre de la Quinzaine, les rendez-vous incontournables seront les films de Panos Cosmatos, Mamoru Hosoda, Debra Granik et Gaspar Noé, ainsi que la séance de courts métrages où sera présenté le nouveau travail de Marco Bellocchio. Il y aussi un court de la Semaine qui m’intéresse puisqu’il vient de mon pays natal, la Finlande, et dans le cadre des longs j’essaierai de voir le nouveau film de Guillaume Senez, le réalisateur de Keeper. Concernant les pays nordiques, j’avais déjà noté le long métrage suédois Gräns, qui fait partie du Certain Regard, avant de tomber sur le dossier de presse qui a révélé un détail qui le rend impossible à rater: le scénario, ainsi que le roman original, sont écrits par John Ajvide Lindqvist, l’auteur de Let The Right One In (Morse en français). Et puis, bien sûr, The House that Jack Built de Lars von Trier, sélectionné Hors Compétition aux côtés de Solo: A Star Wars Story de Ron Howard, Le grand bain de Gilles Lelouche et L’homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam, dont le destin festivalier sera déterminé aujourd’hui.