Actualité & Articles
FIFF 2017: toute la couverture.

FIFF 2017: Billet d'humeur

Rédigé par |

De la confiture pour les cochons

La 31e édition du FIFF vient de s’achever et il est l’heure d’en faire le bilan. La programmation riche et variée était à la hauteur du rendez-vous, accordant autant de place au cinéma d’antan qu’il est grand temps de (re)découvrir qu’à celui d’aujourd’hui, voire de demain. Mais tout n’est pas rose et certains spectateurs ne mériteraient pas de pouvoir bénéficier d’une manifestation aussi prestigieuse par leurs comportements d’enfants pourris gâtés.

Le FIFF est le seul festival de films d’envergure en Suisse qui offre le confort de vraies salles de cinéma à toutes les séances, avec des projections impeccables. Malheureusement, qui dit salles de cinéma de nos jours, dit popcorn et il faut supporter un grand nombre de pseudo cinéphiles qui doivent voir une seule fois par année des films népalais, singapouriens, russes ou laotiens, pour ne pas dire autre chose que des produits commerciaux, en mastiquant de la junk food. Il serait grand temps de faire comprendre à ces gens-là que quand on mange, on obstrue sa capacité auditive puisque chaque mastication coupe le conduit auditif une fraction de seconde, et on ennuie son voisin avec un bruit des moins ragoûtant.

Et il y a un autre constat que l’on peut faire quand on pénètre dans un lieu de projection. Un grand nombre de spectateurs remplit surtout le haut de la salle, comme si la très détestable habitude de regarder tout et n’importe quoi sur de crouilles écrans de tablettes, ordinateurs portables et autre smart phones, les incitait à s’éloigner le plus possible de l’écran afin d’avoir devant les yeux un simple timbre poste. Le cinéma est un rapprochement et non l’inverse. Même certains journalistes, ah non pardon on dit blogueurs maintenant, se targuent de voir et critiquer des films vus ailleurs que sur le seul support digne de ce nom, l’écran d’une salle obscure.

Et il y a les séances où il faut supporter les scolaires avec des ados à l’intérêt très limité qui viennent là par obligation sans être aucunement encadrés, comme lors de cette séance catastrophique de (M)uchenik (The Student) le lundi 3 avril à 12h30 à l’Arena. Dès leur arrivée devant vous cela partait mal quand on les surprenait à les entendre dire que le prochain film qu’ils attendaient était The Fate of the Fuirons, exemple type des produits de consommation dispersés dans le monde entier à grand renfort d’un marketing outrancier qui grève désormais plus de la moitié du budget total d’un film de ce niveau très peu artistique. A au moins quatre reprises durant la projection, ses gamins immatures qui ne doivent avoir qu’une notion égocentrique et très personnelle du mot respect, ce sont mis à faire des selfies avec flash en direction de leurs voisins de derrière sans aucune considération pour ces derniers: pas étonnant d’avoir des envies de s’emparer du téléphone incriminé et de le jeter le plus loin possible de ce groupe de pseudo révoltés qui n’était pas du tout à sa place ici.

Donc, quand on constate ce genre de comportements plus que douteux, on se dit qu’un festival aussi formidable que le FIFF sert aussi malheureusement de confiture pour les cochons et c’est fort dommage pour la majorité des spectateurs discrets et respectueux qui savent, eux, lui rendre les honneurs qu’il mérite, sans se faire à tout prix remarquer, comme dans les cours de récréation ou sur les réseaux sociaux.

Dans le même sujet...

FIFF 2017: "The Student" de Kirill Serebrennikov

Posté par |

Le cinéaste russe signe un drame très puissant sur les conséquences néfastes de la religion au sein des institutions éducatrices. Primé à Cannes en 2016 et présenté en compétition au Festival International de Films de Fribourg.

FIFF 2017: "Obscure" de Soudade Kaadan

Posté par |

Avec "Obscure", présenté en compétition du Fiff 2017, Soudage Kaadan dresse le portrait d’une enfance meurtrie, celle de Ahmad qui veut oublier qu’il est syrien en se réfugiant dans le silence et dans le sommeil. Très fort.

FIFF 2017: "Apprentice" de Boo Junfeng

Posté par |

En compétition au Fiff 2017, "Apprentice" de Boo Junfeng traite de la vie et de la mort en les mettant sur un subtil pied d’égalité. On ressort du film convaincu d’avoir assisté à une oeuvre puisant son inspiration au coeur même de l’humanité. Sublime.

FIFF 2017: "Primero Enero" de Darío Mascambroni

Posté par |

En une heure et cinq minute, Darío Mascambroni signe un premier film d’une beauté formelle rare. Mettant en scène un père et son fils, autant à l’écran qu’à la ville, "Primero Enero" s’attarde avec justesse sur ce qui fait l’essence de l’existence: la relation avec l’autre. Magnifique.

FIFF 2017: "78/52" d'Alexandre O. Philippe

Posté par |

Le cinéaste suisse signe un portrait fascinant et approfondi d’une des séquences les plus emblématiques de l’histoire du cinéma. Un travail cinéphile très pointu qui donne envie de revoir toute la filmographie de Hitchcock.

FIFF 2017 : L'Asie du sud s'impose à Fribourg. Palmarès

Posté par |

Trois films, respectivement de Singapour, du Bhoutan et du Népal se sont partagé l’essentiel des prix lors de la cérémonie de clôture qui a couronné, samedi soir, une édition visitée par de nombreuses personnalités et où le public a confirmé son amour pour le festival.

FIFF 2017: "Sadako vs. Kayako" de Koji Shiraishi

Posté par |

Qu’arrive-t-il quand un poisson d’avril devient un vrai film? On obtient un crossover intéressant sur le plan conceptuel mais creux au niveau de l’exécution. Trop plat pour faire vraiment peur et pas suffisamment drôle pour une réflexion post-moderne sur le cinéma d’épouvante japonais.

Double peine: interview vidéo de Léa Pool

Posté par |

Nou avons eu le privilège de rencontrer Léa Pool lors de son passage au FIFF 2017. Elle nous explique comment est né son dernier film, Double peine, et comment elle l'a concrétisé. Et elle nous donne déjà rendez-vous en fin d'année pour parler de son nouveau long métrage qu'elle est en train de finaliser.

CONCOURS Gagnez un DVD ou un bluray de La Momie

Participer

CONCOURS Thor Ragnarok gagnez deux places pour aller voir le film

Participer

CONCOURS 3 x 2 invitations à gagner pour l'ouverture et la clôture du VIFFF

Participer