Actualité & Articles
FIFF 2017: toute la couverture.

FIFF 2017 : L'Asie du sud s'impose à Fribourg. Palmarès

Rédigé par |

Tous les jurys du 31e Festival International de Films de Fribourg célèbrent la montée en puissance des cinémas d’Asie du Sud. Trois films, respectivement de Singapour, du Bhoutan et du Népal se sont partagé l’essentiel des prix lors de la cérémonie de clôture qui a couronné, samedi soir, une édition visitée par de nombreuses personnalités et où le public a confirmé son amour pour le festival. Thierry Jobin, le directeur artistique du FIFF, voit dans ce choix des jurys de longs métrages la confirmation des observations faites lors du long travail de programmation opéré avec son équipe : « L’étincelle aperçue en Asie du Sud depuis l’apparition du numérique et les facilités de tournage qu’elle implique est en train de devenir un feu durable : on n’a pas fini d’entendre parler de cette partie du monde et d’y voir émerger de grands auteurs comme ceux qui viennent d’être salués à Fribourg. »


Deuxième long métrage d’un cinéaste de 33 ans, Apprentice, du Singapourien Boo Junfeng a décroché le Grand Prix du FIFF doté, par l’Etat et la Ville de Fribourg, d’une récompense de CHF 30 000.-. Ce portrait d’un apprenti bourreau dans un couloir de la mort de Singapour a également obtenu le Critics' Choice Award.

Honeygiver Among the Dogs, de Dechen Roder, premier long métrage signé par une femme au Bhoutan, repart avec le Prix spécial du Jury doté de CHF 10 000.-. Ce thriller poétique, enquête hypnotique dans les montagnes bhoutanaises remporte également le Prix du jury des jeunes Comundo (CHF 5 000.-), ainsi qu’une Mention spéciale de la Fédération internationale des ciné-clubs.

Alors que le Népal était le centre de l’attention d’une section Nouveau Territoire qui a enregistré de nombreuses séances complètes et était une première au monde concernant ce pays, c’est un film népalais qui se voit remettre quatre prix : White Sun, de Deepak Rauniyar se voit salué par une Mention spéciale du Jury international, le Don Quijote Award de la Fédération internationale des ciné-clubs (FICC), le Prix du Jury Œcuménique (CHF 5 000.-) ainsi que le Prix du public, doté de CHF 5 000.- par la Banque cantonale de Fribourg. Le film sera distribué dans les salles suisses : 13 avril pour la Suisse alémanique et 10 mai pour la Suisse romande.

L’une des trois vainqueurs parmi les 12 longs métrages qui étaient proposés en Compétition, Dechen Roder, ayant été découverte par le FIFF en 2015 avec un court métrage intitulé 3 Year 3 Month Retreat. L’attention est toujours grande pour la Compétition internationale : Courts métrages, qui pourrait bien voir émerger une grande signature de demain.
Cette année, les choix des jurys de cette compétition ont désigné un cinéaste libanais, Raed Rafei, vainqueur du Prix du meilleur court métrage international avec Salam, également couronné d’une Mention spéciale par le Jury du Réseau Cinéma CH composé d’étudiants en cinéma des hautes écoles suisses d’audiovisuel. Ce jury a remis son Prix principal à un réalisateur sénégalais, Mamadou Dia, pour son film Samedi cinéma.

Inauguré lors de cette édition, le très original Prix Visa Étranger qui proposera chaque année aux hautes écoles suisses que sont la HEAD (Genève), l’ECAL (Lausanne), la ZHdK (Zurich) et la HSLU (Lucerne) de soumettre les meilleurs films de leurs étudiants à la sagacité des invités de la section Nouveau Territoire a connu ses premiers vainqueurs : les invités népalais du festival ont été séduits par les propositions des écoles alémaniques puisqu’une Mention spéciale a été accordée à Wo der Euphrat in di Sava mündet, d’Andreas Muggli (HSLU Lucerne), tandis que Millimeterle, de Pascal Reinmann (ZHdK Zurich) a remporté le Prix Visa Étranger doté de CHF 1 000.-.

Temps forts de la 31e édition et chiffres
Outre ces compétitions particulièrement suivies par les spectateurs, le FIFF a déployé un programme parallèle dont la richesse et la diversité, de Cinéma de genre : Histoires de fantômes aux Séances de minuit, des Cartes blanches à Douglas Kennedy et Myret Zaki à un Hommage à Freddy Buache, ont été plébiscités par les médias comme par le public.

Le festival stabilise donc sa position de manifestation cinématographique la plus courue de Suisse occidentale en dépassant une nouvelle fois, le cap des 42 000 entrées. « Le soleil et la chaleur ont, selon Thierry Jobin, sans doute retenu une part des spectateurs à l’extérieur des salles. Mais toute l’équipe du FIFF a à nouveau produit des miracles : avec un budget limité à 2,2 millions de francs, le festival devrait annoncer, à l’heure des comptes, un résultat que légèrement déficitaire. Nous espérons que des partenaires privés seront, avec ce nouveau succès, convaincus de se lancer dans l’aventure du FIFF, aventure qui fait rayonner la ville, le canton et le pays de plus en plus fortement, et qu’ils nous aideront à mieux doter notre structure face aux défis que représente la croissance exponentielle de la manifestation. C’est vers eux que nos efforts vont se tourner dès demain. »

Sorties en salles :
Double Peine, Léa Pool, Suisse : 5 avril
The Eagle Huntress (La Jeune fille et son aigle) Otto Bell, USA, UK, Mongolie : 12 avril
Birth of a Nation, Nate Parker, USA : 26 avril
White Sun, Deepak Rauniyar, Népal : 10 mai

La 32e édition aura lieu du 16 au 24 mars 2018

Dans le même sujet...

FIFF 2017: "The Student" de Kirill Serebrennikov

Posté par |

Le cinéaste russe signe un drame très puissant sur les conséquences néfastes de la religion au sein des institutions éducatrices. Primé à Cannes en 2016 et présenté en compétition au Festival International de Films de Fribourg.

FIFF 2017: "Obscure" de Soudade Kaadan

Posté par |

Avec "Obscure", présenté en compétition du Fiff 2017, Soudage Kaadan dresse le portrait d’une enfance meurtrie, celle de Ahmad qui veut oublier qu’il est syrien en se réfugiant dans le silence et dans le sommeil. Très fort.

FIFF 2017: "Apprentice" de Boo Junfeng

Posté par |

En compétition au Fiff 2017, "Apprentice" de Boo Junfeng traite de la vie et de la mort en les mettant sur un subtil pied d’égalité. On ressort du film convaincu d’avoir assisté à une oeuvre puisant son inspiration au coeur même de l’humanité. Sublime.

FIFF 2017: "Primero Enero" de Darío Mascambroni

Posté par |

En une heure et cinq minute, Darío Mascambroni signe un premier film d’une beauté formelle rare. Mettant en scène un père et son fils, autant à l’écran qu’à la ville, "Primero Enero" s’attarde avec justesse sur ce qui fait l’essence de l’existence: la relation avec l’autre. Magnifique.

FIFF 2017: "78/52" d'Alexandre O. Philippe

Posté par |

Le cinéaste suisse signe un portrait fascinant et approfondi d’une des séquences les plus emblématiques de l’histoire du cinéma. Un travail cinéphile très pointu qui donne envie de revoir toute la filmographie de Hitchcock.

FIFF 2017: "Sadako vs. Kayako" de Koji Shiraishi

Posté par |

Qu’arrive-t-il quand un poisson d’avril devient un vrai film? On obtient un crossover intéressant sur le plan conceptuel mais creux au niveau de l’exécution. Trop plat pour faire vraiment peur et pas suffisamment drôle pour une réflexion post-moderne sur le cinéma d’épouvante japonais.

FIFF 2017: Billet d'humeur

Posté par |

La 31e édition du FIFF vient de s’achever et il est l’heure d’en faire le bilan. La programmation riche et variée était à la hauteur du rendez-vous, accordant autant de place au cinéma d’antan qu’il est grand temps de (re)découvrir qu’à celui d’aujourd’hui, voire de demain. Mais tout n’est pas rose et certains spectateurs ne mériteraient pas de pouvoir bénéficier d’une manifestation aussi prestigieuse par leurs comportements d’enfants pourris gâtés.

Double peine: interview vidéo de Léa Pool

Posté par |

Nou avons eu le privilège de rencontrer Léa Pool lors de son passage au FIFF 2017. Elle nous explique comment est né son dernier film, Double peine, et comment elle l'a concrétisé. Et elle nous donne déjà rendez-vous en fin d'année pour parler de son nouveau long métrage qu'elle est en train de finaliser.