Actualité & Articles
Cannes 2016: Toute la couverture

Cannes 2016: "Ma' Rosa" de Brillante Mendoza

Rédigé par |

4 CLAPS

Le cinéaste philippin Brillante Mendoza est l'une des valeurs sûres du Festival e Cannes. Présenté en compétition à Cannes cette année, son nouveau film, intitulé Ma' Rosa, nous renvoie aux thèmes violents traités dans Kinatay en 2009: le cynisme et la corruption de la police et des autorités, la violence occasionnelle comme moyen de survie et le désespoir. Ma' Rosa  brosse une tranche réaliste de la société philippine, en particulier des quartiers défavorisés de Manille, illustrant à la manière d’un documentaire la difficulté de la vie. L’action se déroule dans ce qui ressemble à une succession d’évènements en temps réel, qui montent en puissance dans la violence. Pour décrire la banalité de ces situations, Mendoza recourt à son habitude cocasse de transcrire les conversations des agents de police alors qu’ils traitent ce qu'ils considèrent comme leur paperasse. Le cinéaste semble partager avec le cinéma roumain contemporain cette satire similaire du monde, en particulier des forces de l’ordre corrompues.


Ma' Rosa (Jaclyn Jones) a quatre enfants et gère avec son mari Nestor (Julio Diaz) un petit magasin dans un quartier difficile de Manille, une entreprise éreintante quand la famille doit aller s’approvisionner et acheter des articles de base comme des bonbons, du lait ou du pain dans un grand supermarché local. Le film s’ouvre sur une séquence où
  Ma' Rosa  traine des dizaines de sacs avec son cadet sous une pluie battante. Leur échoppe dépanne les personnes qui ont besoin de la commodité d'un magasin de proximité, entre autres... Ma' Rosa vend aussi des stupéfiants par le biais de sa boutique, de l'herbe et de la méthamphétamine. Ces substances ne les rendent pas riches mais leur permettent juste de maintenir la famille au-dessus de la ligne de flottaison.

Quand la police se présente et arrête, Rosa et Nestor, les quatre enfants partent sollicter tous les membres de la famille pour payer une caution exorbitante, une occasion où les officiers ont vu une opportunité alléchante de solliciter des pots de vin, appelé "argent de la caution". Rosa est contrainte de trahir son fournisseur.

Mendoza dépeint une comédie noire dont certaines scènes sont représentatives quand, par exemple, les policiers font la découverte de rouleaux d'argent dans le sac des trafiquants de drogue.

Ils y voient l’occasion de s’offrir du poulet rôti et de la bière fraiche. Mendoza souligne subtilement l’absence complète d’équité et de respect tant des lois que des personnes. Contrairement à ce que le tire suggère, il n’y pas que l’histoire de Rosa et sa famille mais aussi celle d’autres victimes de la police, celle des autres membres de la famille, le tout offrant une palette bigarre du milieu décrit.

A bien des égards, ce film est une satire féroce et pessimiste brechtienne,  dans lequel Ma' Rosa est une sorte de Mère Courage, qui tente de survivre. Sans concession, de manière poignante, Mendoza laisse entendre que la corruption sévit à tous les étages de la société quand le début d'une intrigue secondaire dans laquelle le trafiquant de drogue est pris par les agents qui surprennent un sms qu’il a envoyé à un policier principal. Mais Mendoza arrête ici sa démonstration, le message est suffisamment clair et violent. La longueur semble perdre un certain intérêt dans l’intensité du récit mais, rapidement, la camera revient sur la déterminée Rosa et ses enfants qui  doivent s'avilir dans tous les sens du terme pour parvenir à sortir leurs parents de prison, sachant maintenant que cette expérience brutale les a aigris et endurcis encore plus que leurs parents.

Dans le même sujet...

Cannes 2016: La sélection officielle

Posté par |

Entre le 11 et le 22 mai lors du 69ème Festival International du Film de Cannes, 21 cinéastes dont seulement 3 femmes concourent pour la Palme d'Or avec 20 films représentant 13 pays différents.

Cannes 2016: Ouverture "Café Society" de Woody Allen

Posté par |

Pour la soirée d’ouverture du Festival de Cannes, le nouveau film de Woody Allen représentait une valeur sure très inattendue. "Café Society" renoue avec les meilleurs films du cinéaste new-yorkais, distillant une atmosphère jazzy qui imprègne cette comédie parfaitement nostalgique.

Cannes 2016: "Mademoiselle" de Park Chan-Wook

Posté par |

Comme toute parenthèse de plaisir inavouable, on en redemande. On songe inévitablement a "L'Empire des sens", Nagisa Ōshima, sorti en 1976 et qui avait créé l’ébullition à l’époque. Quarante ans plus tard, "Mademoiselle" suscite la même effervescence et pourrait bien décrocher le Prix de la mise en scène.

Cannes 2016: "Loving" de Jeff Nichols

Posté par |

Si certains critiques ont reproché une linéarité et une platitude au film, Jeff Nichols a choisi un sujet qui a ému et provoqué quelques larmes parmi les spectateurs. Il pourrait récolter un prix d’interprétation pour ses acteurs.

Cannes 2016: "Pericle il Nero" de Stefano Mordini

Posté par |

Unique film italien en compétition à Cannes 2016 dans la section Un Certain Regard, "Pericle il Nero" de Stefano Mordini, suit les nombreuses vicissitudes que traverse Pericle, un homme de main à tout faire d’un chef maffieux. La camera de Mordini suit sa longue période de gestation pour se libérer du milieu.