Actualité & Articles
Cannes 2016: Toute la couverture

Cannes 2016: "THE BFG" de Steven Spielberg

Rédigé par |

4,5 CLAPS

En tant que créateur de certains des films pour enfants les plus emblématiques jamais faits, Steven Spielberg a plus ou moins imaginé tout un langage visuel pour satisfaire et nourrir l’émerveillement enfantin. Quand vous voyez des faisceaux de lumière bleu-blanc coulée à travers le brouillard dans E.T., par exemple, vous savez que vous êtes dans un film de Spielberg. Il est l’un des rares réalisateurs qui savent jouer des lumière dans le cinéma pour approfondir le mystère plutôt que de le dissiper tel un Feu Follet, vous attirant plus profondément dans le rêve. Son nouveau film, The BFG (Le Bon Gros Géant), très attendu sur la Croisette, ne déroge pas a la règle et saurait vous faire rêver si vous avez garde cette part d’enfance qui nourrit l’imagination.

Inspiré par un classique parmi les livres pour enfants écrits par Roald Dahl, l’histoire relate l’amitié improbable entre une fillette, orpheline, et Le Bon Gros Géant ou The Big Friendly Giant, joué ici avec malice par Mark Rylance, qui chasse durant la nuit les rêves, en particulier ceux des enfants, au moyen d’une trompette et les conserve dans des flacons. Spielberg, quant à lui, a été inspiré pour faire Rencontres du troisième type par ses souvenirs d’enfant quand il regardait tomber une pluie de météorites avec son père, et pour E.T. L'extra-terrestre par un ami imaginaire qu'il avait créé pour faire face au divorce de ses parents.

Le géant cultive les rêves comme son potager, avec amour, mais ne peut faire face aux exactions de ses congénères qui accumulent les horreurs sans vergogne ni remord. Sa nouvelle amie, Sophie (Ruby Barnhill), une jeune fille orpheline qui l'attrape lors de son travail nocturne et qu'il emmène au Pays des Géants, voit en lui sa bonté et sa générosité et non sa démesure, de prime abord effrayante.

L'adaptation de Spielberg du roman de Dahl recourt à ce qu’il y a de meilleur actuellement dans le cinéma pour créer des effets spéciaux remarquablement réussis, aboutissant à un accomplissement technique de poids: la technologie extraordinaire de la capture de mouvements, ce qui permet d’étendre la performance humaine de Rylance aux proportions géantes.

On oublie rapidement ces prouesses technologiques pour accompagner cette fillette et ce géant dans leurs pérégrinations, explorant des paysages étonnants et magiques. Il faut garder à l’esprit que ce film, tout comme le roman éponyme, est destiné à un très jeune public, et non aux adultes, ce que les journalistes présents ce matin lors de la projection ont certainement oublié puisque nombreux sont ceux qui ont quitté la salle en cours de projection. Pourtant, bien des moments du film étaient savoureux, en particulier la rencontre de la Reine d’Angleterre, magnifiquement interprétée  par Penelope Wilton, à Buckingham Palace avec Sophie et the BFG. Le scénario, parfait, a été écrit par la regrettée Melissa Matheson (E.T.), traite les mots de Dahl de matière rayonnante et drolatique, les retravaillant subtilement. Avec son velouté sonore, ses couleurs chatoyantes qui rappellent le glaçage de gâteaux, sa sensibilité et son ton plein d’esprit, l’élaboration de cette géographie imaginaire et ce paysage magique, le film de Speilberg n’a rien a envier au Magicien d Oz ni à Alice au Pays des merveilles, entretenant les remous du mysticisme romantique. Comme Sophie, 11 ans, Ruby Barnhill est une héroïne "dahlienne" idéale: vaillante, intelligente, entêtée et un visage qui miroite avec étonnement.

Ceux qui sont restes jusqu’au générique de fin ce matin ont applaudi généreusement The BFG. Et les journalistes qui se sont précipités au troisième étage du Palais pour assister à la conférence de presse du film afin de récolter les propos de Steven Spiilberg n’ont pas tous accédé au saint-Graal: une fois n’est pas coutume, la file d’attente pour entrer dans la salle des conférences de presse s’étendait sur deux cents mètres.

Dans le même sujet...

Cannes 2016: La sélection officielle

Posté par |

Entre le 11 et le 22 mai lors du 69ème Festival International du Film de Cannes, 21 cinéastes dont seulement 3 femmes concourent pour la Palme d'Or avec 20 films représentant 13 pays différents.

Cannes 2016: Ouverture "Café Society" de Woody Allen

Posté par |

Pour la soirée d’ouverture du Festival de Cannes, le nouveau film de Woody Allen représentait une valeur sure très inattendue. "Café Society" renoue avec les meilleurs films du cinéaste new-yorkais, distillant une atmosphère jazzy qui imprègne cette comédie parfaitement nostalgique.

Cannes 2016: "Mademoiselle" de Park Chan-Wook

Posté par |

Comme toute parenthèse de plaisir inavouable, on en redemande. On songe inévitablement a "L'Empire des sens", Nagisa Ōshima, sorti en 1976 et qui avait créé l’ébullition à l’époque. Quarante ans plus tard, "Mademoiselle" suscite la même effervescence et pourrait bien décrocher le Prix de la mise en scène.

Cannes 2016: "Loving" de Jeff Nichols

Posté par |

Si certains critiques ont reproché une linéarité et une platitude au film, Jeff Nichols a choisi un sujet qui a ému et provoqué quelques larmes parmi les spectateurs. Il pourrait récolter un prix d’interprétation pour ses acteurs.

Cannes 2016: "Pericle il Nero" de Stefano Mordini

Posté par |

Unique film italien en compétition à Cannes 2016 dans la section Un Certain Regard, "Pericle il Nero" de Stefano Mordini, suit les nombreuses vicissitudes que traverse Pericle, un homme de main à tout faire d’un chef maffieux. La camera de Mordini suit sa longue période de gestation pour se libérer du milieu.

CONCOURS Gagnez QUATRE places pour aller voir le film en famille

Participer