Actualité & Articles
Cannes 2016: Toute la couverture

Cannes 2016: "Sieranevada" de Cristi Puiu

Rédigé par |

3,5 CLAPS

Cristi Puiu est un cinéaste réfléchi qui aime observer le comportement humain de façon parodique, mêlant harmonieusement comédie et drame. Il est admiré pour sa vision intensément cocasse de la réalité.

Avec 
Sieranevada, Cristi Puiu entraine le public à passer deux heures et demie dans un appartement de Bucarest, chez la veuve Nusa (Dana Dogaru), dont le fils Lary (Branescu Mimi) neurologue et son épouse Laura (Cătălina Moga) sont en retard à la célébration funéraire où un prêtre doit bénir le décès de son défunt mari Emil, tandis que divers plats, y compris une soupe de haricots bulgare appelée chorba, sont préparés par les cousins ​​de Lary dans la cuisine.

Dans la veine de la scène du dîner de The Godfather, étiré sur toute la longueur car en temps réel, mais avec la parité pour les hommes et les femmes quant aux personnages, on perçoit immédiatement les tensions qui imprègnent l’atmosphère. Après avoir passé un peu de temps avec eux, les spectateurs ne sont pas surpris que le cousin Sebi (Marin Grigore) se révèle un théoricien de la conspiration qui pense que Bush a conçu les attentats du 11 septembre, tandis que sa tante Ofelia (Ana Ciontea) est  dépressive, trompée par son mari.

Le film se déroule directement après l'attaque de Charlie Hebdo, ce qui permet à Sebi d’affirmer ses théories, affolant les membres les plus conservateurs de la famille, sur les versions officielles d'événements, impossibles à croire selon lui. La question que Puiu pose avec ce film est de savoir si les familles forgent leurs propres fictions et créent les distorsions pour survivre. Comme corollaire à tous les discours sur Bush, le récit est pointu et amusant lorsque les peccadilles du mari d'Ofelia conduisent à la question: «Est-ce qu'une fellation constitue un adultère ou non?», sans aucune mention explicite à Bill Clinton. Il y a de nombreuses fissures sous la surface de ces relations, et suivre tous les liens sous-jacents et ces loyautés devient un jeu addictif pour les spectateurs, servi par un casting impeccable: Branescu Mimi, Dana Dogaru, Marin Grigore, Rolando Matsangos, Tatiana Iekel, Judith State, Ana Ciontea, Sorin Medeleni, Bogdan Dumitrache, pour ne citer que les cateurs principaux. 

Puiu travaille avec d'étonnantes chorégraphie des personnes entrant et sortant d'une salle à manger, se gênant les uns les autres: le blocage et les mouvements de la caméra démontrent la maestria d'un maître de la précision et de la synchronisation. Le film distille un sens de l'humour mordant et d'autodérision, mâtinés d'une sorte de tristesse étrangement joyeuse: la sonnette retentit alors qu’on fait encore entrer un autre invité, en plein milieu d'une bénédiction aux chandelles.

A la manière d’un anthropologue, Crisiti Puiu analyse les histoires que les familles se transmettent et les affirmations que les gouvernements assènent pour faire face à leurs crises les plus corrosives. Puiu confronte ces deux visions  dans une perspective à la fois joyeuse et lucide mais, comme il n'y a rien de facile dans son cinéma, le film a laissé l’auditoire mitige: certains journalistes sont repartis enthousiastes et séduits, d’autres dépités.

Dans le même sujet...

Cannes 2016: La sélection officielle

Posté par |

Entre le 11 et le 22 mai lors du 69ème Festival International du Film de Cannes, 21 cinéastes dont seulement 3 femmes concourent pour la Palme d'Or avec 20 films représentant 13 pays différents.

Cannes 2016: Ouverture "Café Society" de Woody Allen

Posté par |

Pour la soirée d’ouverture du Festival de Cannes, le nouveau film de Woody Allen représentait une valeur sure très inattendue. "Café Society" renoue avec les meilleurs films du cinéaste new-yorkais, distillant une atmosphère jazzy qui imprègne cette comédie parfaitement nostalgique.

Cannes 2016: "Mademoiselle" de Park Chan-Wook

Posté par |

Comme toute parenthèse de plaisir inavouable, on en redemande. On songe inévitablement a "L'Empire des sens", Nagisa Ōshima, sorti en 1976 et qui avait créé l’ébullition à l’époque. Quarante ans plus tard, "Mademoiselle" suscite la même effervescence et pourrait bien décrocher le Prix de la mise en scène.

Cannes 2016: "Loving" de Jeff Nichols

Posté par |

Si certains critiques ont reproché une linéarité et une platitude au film, Jeff Nichols a choisi un sujet qui a ému et provoqué quelques larmes parmi les spectateurs. Il pourrait récolter un prix d’interprétation pour ses acteurs.

Cannes 2016: "Pericle il Nero" de Stefano Mordini

Posté par |

Unique film italien en compétition à Cannes 2016 dans la section Un Certain Regard, "Pericle il Nero" de Stefano Mordini, suit les nombreuses vicissitudes que traverse Pericle, un homme de main à tout faire d’un chef maffieux. La camera de Mordini suit sa longue période de gestation pour se libérer du milieu.