Actualité & Articles
Cannes 2016: Toute la couverture

Cannes 2016: Palme d'Or d'honneur à Jean-Pierre Léaud

Rédigé par |

Après Agnès Varda en 2015, Clint Eastwood, Manoel de Oliveira, Woody Allen et Bernardo Bertolucci ces dernières années, c’est au comédien français Jean-Pierre Léaud que le Festival de Cannes a décidé de rendre hommage. La Palme d’Or d’honneur de la 69e édition lui sera remise lors de la Cérémonie de Clôture, le dimanche 22 mai.

Jean-Pierre Léaud fait partie de la légende cannoise. Découvert par François Truffaut qui en fait le jeune héros de son premier film, Les 400 Coups. Ce gamin extraverti et turbulent de 14 ans débarque sur la Croisette en 1959. Sa spontanéité incarne à elle seule le vent de liberté que fait souffler la Nouvelle Vague sur le Septième Art. Antoine Doinel et François Truffaut continuent de l’accompagner avec Antoine et Colette (1962), Baisers volés (1968), Domicile conjugal (1970) ou L'Amour en fuite (1979).

Cette première expérience cinématographique signera une grande amitié entre Jean-Pierre Léaud et François Truffaut qui le réengage à de nombreuses reprises et lui fait endosser à nouveau le rôle d'Antoine Doinel dans Baisers volés (1968), où il tombe amoureux de Christine Darbon (Claude Jade), son épouse dans les derniers épisodes de la vie d'Antoine Doinel, Domicile conjugal (1970) et L'Amour en fuite (1979). Grâce à lui, Jean-Pierre fait la connaissance d'autres cinéastes de la Nouvelle Vague et devient, comme Jean-Paul Belmondo, un de leurs acteurs préférés. Ainsi Jean-Luc Godard l'engage pour des rôles plus ou moins importants dans la plupart de ses films entre 1965 et 1969, dans Masculin féminin (1966) et La Chinoise (1967) notamment.

Durant cette période il est également assistant réalisateur sur plusieurs films de Truffaut et Godard. Il réalise son unique film en 1974. Sa carrière trouve la consécration avec La Maman et la Putain de Jean Eustache en 1973. La même année, il incarne l'un des rôles majeurs de La Nuit américaine de François Truffaut. En 1985, il tourne dans Détective, toujours de Godard, en arrière-plan du couple vedette Johnny Hallyday et Nathalie Baye, dans un second rôle de détective privé fouineur. A la même période, il se concentre sur un cinéma d'auteur exigeant et confidentiel et fait également beaucoup de fictions télévisées.

Malgré quelques seconds rôles, sa carrière ne reprend réellement un second souffle qu'à partir de 1990. Le Finlandais Aki Kaurismäki, spécialiste de l'humour distancié et de l'expression minimale, en est le premier artisan en lui offrant le premier rôle dans J'ai engagé un tueur. Jean-Pierre Léaud retrouve après une certaine éclipse de vrais grands rôles, notamment chez Philippe Garrel, ou grâce à de jeunes cinéastes. Olivier Assayas fait de lui un père désorienté dont la compagne part avec son fils, dans Paris s'éveille (1991), et Bertrand Bonello lui offre le rôle d'un réalisateur pornographique désabusé dans Le Pornographe (2001, prix de la Semaine internationale de la critique).

Lors de sa 67ème édition, le Festival de Locarno avait décerné un Léopard à Jean-Pierre Léaud pour l'ensemble de sa carrière. Ce fut l'occasion pour les festivaliers de voir ou revoir Les quatre cents coup sur l'immense écran de la Piazza Grande.

Deux ans après Locarno, c'est au tour de Cannes de rendre hommage à cet immense acteur attendu sur la Croisette.

Dans le même sujet...

Cannes 2016: La sélection officielle

Posté par |

Entre le 11 et le 22 mai lors du 69ème Festival International du Film de Cannes, 21 cinéastes dont seulement 3 femmes concourent pour la Palme d'Or avec 20 films représentant 13 pays différents.

Cannes 2016: Ouverture "Café Society" de Woody Allen

Posté par |

Pour la soirée d’ouverture du Festival de Cannes, le nouveau film de Woody Allen représentait une valeur sure très inattendue. "Café Society" renoue avec les meilleurs films du cinéaste new-yorkais, distillant une atmosphère jazzy qui imprègne cette comédie parfaitement nostalgique.

Cannes 2016: "Rester vertical" d'Alain Guiraudie

Posté par |

Ce jeudi 12 mai, la presse a découvert le premier film français de la compétition, "Rester vertical" d'Alain Guiraudie, présenté ce soir au public dans le Grand Théâtre Lumière: un film déconcertant qui pose des questions existentielles.

Cannes 2016: "Mademoiselle" de Park Chan-Wook

Posté par |

Comme toute parenthèse de plaisir inavouable, on en redemande. On songe inévitablement a "L'Empire des sens", Nagisa Ōshima, sorti en 1976 et qui avait créé l’ébullition à l’époque. Quarante ans plus tard, "Mademoiselle" suscite la même effervescence et pourrait bien décrocher le Prix de la mise en scène.

Cannes 2016: "Loving" de Jeff Nichols

Posté par |

Si certains critiques ont reproché une linéarité et une platitude au film, Jeff Nichols a choisi un sujet qui a ému et provoqué quelques larmes parmi les spectateurs. Il pourrait récolter un prix d’interprétation pour ses acteurs.

Cannes 2016: "Pericle il Nero" de Stefano Mordini

Posté par |

Unique film italien en compétition à Cannes 2016 dans la section Un Certain Regard, "Pericle il Nero" de Stefano Mordini, suit les nombreuses vicissitudes que traverse Pericle, un homme de main à tout faire d’un chef maffieux. La camera de Mordini suit sa longue période de gestation pour se libérer du milieu.